Lettre aux usagers de l’Archipel

Publié le 20 mars 2020

Le lierre qui avait envahi le Troisième Lieu pour vous surprendre à l’occasion de la fête de la Saint-Patrick s’assèche inexorablement sans avoir rempli son office.

La maison Archipel, pleine de vie, de vos vies, est aujourd’hui silencieuse.

Une fois passée l’urgence et l’énergie de la réorganisation du travail de chacun à distance, et l’irréalité des « au-revoir » aux collègues pour une période que l’on savait déjà longue, plus longue que celle annoncée, c’est la stupeur et la sidération qui nous frappent. À l’Archipel, nous vivons un double sentiment d’abandon, doublement orphelins que nous sommes d’artistes et de spectateurs, d’enseignants et d’élèves, de médiathécaires et d’abonnés, empêchés pour les uns de travailler et pour les autres de nous visiter. Le sens de nos vies professionnelles d’agents du service culturel tout entier dédié à créer les conditions d’une rencontre entre vous et un geste artistique, intellectuel, qu’il soit récréatif ou réflexif, disparaît corps et âme dès lors que toute rencontre est empêchée. La vie de l’Archipel s’est arrêtée, suspendue, et nous en sommes les premiers désolés.

Avec beaucoup de tristesse, nous sommes contraints d’annuler toutes les représentations, cours et animations jusqu’au 30 avril.

Un mince espoir, sans doute trop mince, subsiste encore pour celles du mois de mai. Nous allons tenter d’en reporter certaines en juin, notamment le concert de Bertrand Belin, d’autres lors de la saison prochaine (Sona Jobarteh et Tumulte). Nous vous informerons des modalités de remboursement ou de maintien de vos places sur les dates reportées dès que nous serons de retour à l’Archipel. Merci par avance de votre patience et de votre compréhension.

Aujourd’hui, le combat, premier entre tous est de sauver des vies, et nous avons tous une pensée pour le personnel soignant et administratif placé en première ligne pour le mener, mais aussi pour les salariés qui pourvoient à nos besoins les plus essentiels, pour les personnes éloignées et empêchées que ce confinement fragilise encore plus.

Demain, un demain que nous espérons le plus proche possible, nous reprendrons notre mission, quotidienne, qui est de prendre soin de vos pensées et de vos émotions, recréer la rencontre avec le spectacle vivant, le livre ou la pratique artistique, un geste intellectuel, qui éveille, émerveille, émeut ou émancipe, distrait ou discerne, qui aide à faire société au quotidien, qui aide à vivre, quand la vie n’est plus en danger. Nous nous y préparons tous, depuis notre confinement et n’avons qu’une hâte : refaire de l’Archipel le lieu du lien, ce lien dont on mesure aujourd’hui, du fait même qu’on doit le distendre, à quel point il est nécessaire à nos vies.

Prenez le plus grand soin de vous et de vos proches.

A très bientôt

L’équipe de l’Archipel